Vos employés sont-ils des influenceurs ? Ou l'émergence du B.Y.O.I.

Vos employés sont-ils des influenceurs ? Ou l'émergence du B.Y.O.I.

Mis à jour : juin 14

Il y a quelques années, essentiellement dans les années 2000, les entreprises ont connu la révolution du BYOD : « Bring You Own Device ; en français “Viens Travailler avec tes propres appareils”, par exemple, typiquement, ton smartphone, ta tablette … Viens travailler avec tes propres appareils, et puisque tu y tiens tant et qu’on souhaite te garder comme collaborateur, on s’arrangera côté cyber-sécurité, c’est à dire l’intranet, les mails, l’ERP etc. pour que ce soit autant que possible compatible avec nos outils pro et en particulier ne mette pas en danger les données de l’entreprise (et avec le RGPD, on ne plaisante vraiment plus avec cela) …Ce qui a causé cette révolution ? Le fait que, pour la toute première fois dans l’histoire du monde du travail, les salariés ont eu dans leur vie personnelle accès à des technos plus évoluées que celles que l’on mettait à leur disposition au bureau. 

Par exemple, tel cadre commercial, propriétaire chez lui d’un iPad, souhaitait remplacer son vieux laptop Windows par sa tablette pour ses présentations en clientèle.  Ou encore tel chargé de marketing tenait à utiliser son smartphone dernier cri pour alimenter en mobilité le fil Twitter de son entreprise, plutôt que de tout faire depuis son PC de bureau, jugé obsolète et peu adapté à ce que requiert un réseau comme Twitter,  essentiellement de la réactivité. Ces dernières années, nous assistons à la naissance d’une autre révolution, mais qui découle directement de BYOD ; nous assistons à la révolution du BYOI : « Bring Your Own Influence”, que l’on peut traduire en français par : “Viens Travailler avec ton Influence” Eh oui, l’emploi des hardwares modernes tels que smartphones, tablettes, PC ultra-portables et surtout ce qu’ils permettent, en l’occurence l’utilisation des plateformes sociales telles que Facebook, mais surtout sans doute de manière plus récente Youtube et Instagram (LinkedIn dans une moindre mesure, quoi que, on y trouve de plus en plus d’influenceurs) a permis à de nombreux collaborateurs, dans toutes sortes de métiers et d’entreprises, de construire leur propre Influence. C’est à dire leur capacité à influencer un éco-système, un marché. Et ce sans forcément en avertir leur employeur ; sans parler de s’y associer ! Récemment,  sur Youtube, je suis tombé sur cette vidéo. C’est un parfait exemple. Un commercial qui, à l’insu de son employeur – pour qui il était simplement un commercial comme les autres – a développé une chaîne Youtube spécialisée, “ Vilebrequin”, une chaîne qui a rapidement connu le succès et construit une certaine influence Vs son audience, en l’occurence, disons,  les amateurs-de-voitures-qui-ne-se-prennent-pas-au-sérieux (et il s’avère que ça représente beaucoup de gens) Comment son employeur a-t-il réagi ?? En ne voyant, pour l’essentiel, que 2 choses : D’abord l’aspect distraction “notre commercial ne se concentre plus assez sur son travail et ses objectifs de vente” Et puis surtout l’aspect risque “notre commercial va mettre sur la place publique des informations qui ne devraient pas quitter l’enceinte de l’entreprise… Et à terme abîmer notre image corpo” Au final, notre commercial s’est purement et simplement fait remercier pour faute lourde (carrément) et s’est retrouvé au chomage, totalement libre de se consacrer à sa chaîne, même si elle ne dégage pas encore assez de revenus. Bon, nous ne connaissons pas toute l’histoire, bien évidemment, peut-être que ce commercial négligeait réellement son job, mais on peut légitimement se dire que l’employeur aurait pu réagir autrement.  Déjà en se posant certaines questions, une sorte de “check-list” de compatibilité et d’évaluations des opportunités :

  • Ce collaborateur construit-il un influence compatible avec son job ?

  • Cette influence pourrait-elle éventuellement servir ses objectifs commerciaux, carrément ? Eh oui, des vidéos qui fonctionnent bien sur Youtube, c’est aussi un levier de Social Selling !

  • Pourrait-on utiliser cette influence pour développer, plus largement, la notoriété de l’entreprise ? Et si oui, comment ?

  • Un partenariat officiel avec notre employé youtubeur est-il envisageable ?

  • Au-delà de ce collaborateur un peu particulier, qui, au sein de l’entreprise pourrait éventuellement lui emboîter le pas ? Sans doute de manière moins spectaculaire, moins visible, mais tout de même…

  • Comment valoriser ce super-ambassadeur spontané ? Comment structurer l’influence qu’il a su créer, quelle synergie avec le Marcomm de la boîte ??


Vous voyez l’idée ? Et en passant, selon vous, quelles autres question devrait se poser un employeur confronté à l’influence Sociale de l’un de ses collaborateurs ?? On fait quoi au niveau RH, au niveau règlement intérieur, comment on s’organise au Marketing / Communication ?? En tout cas, m’est avis que nous sommes en présence d’une révolution considérable qui change la donne. Un collaborateur tout seul peut être – nettement – plus ilnfluent que l’entreprise pour laquelle il travaille ! M’est avis aussi que c’est une formidable opportunité, que les entreprises, au lieu de courir après les influenceurs installés pour les convaincre de faire pour elles du placement de produit (au hasard), pourraient se comporter en incubateurs d’influenceurs. On les fait naître chez nous et on crée pour eux toutes les conditions requises à leur épanouissement ! De l’Employee Advocacy (programme ambassadeurs) dopée aux stéroïdes, en quelque sorte ! Mais vous, vous en pensez quoi ?? Surtout aux Ressources Humaines ? Comment allez-vous vous y prendre concrètement pour saisir cette opportunité et profiter de cette Révolution du BYOI ???


Auteur : Matthieu Valin

0 vue

eloRezo SAS - Bureau : 33 Boulevard de la Chanterie, 49480 Verrières-en-Anjou - Contact téléphonique ‭direct, Matthieu : +33 (0)6 15 57 22 97

Mentions légales - Protection de vos données - Conditions générales de vente - Plan du site